Baloji remporte un prix lors des UK Music Video Awards 2019

Baloji  remporte le prix « Best styling in a video » pour son court-métrage « Zombies » lors des UK Music Video Awards qui se sont tenues ce 23 octobre dernier à la salle Roundhouse de Londres.
Cette cérémonie célébrant la créativité, l’innovation et l’excellence technique des vidéos musicales voit le jour en 2008.
Créée à l’initiative de membres de BFI Southbank ( anciennement National Film Théâtre ), une organisation faisant la promotion du cinéma d’auteurs et des films indépendants, soutenue par The British Film Institue vient de fêter sa 12ème édition.
Au fil des ans la cérémonie a notamment récompensé « Wanderlust » de Björk, « Strawberry Sing » de Coldplay ou « Turn down for what » de DJ Snake et Lil Jon.
Cette année le français Michel Gondry recevait un « icon Award » pour l’ensemble de son oeuvre.
 
 
BALOJI, UN ARTISTE HORS NORME
 

Baloji est un artiste polyvalent, musicien, poète, réalisateur et directeur artistique. Originaire du Congo, il grandit en Belgique et s’illustre à l’adolescence au sein du fameux groupe de rap Starflam.

En 2008 il publie son premier album solo « Hôtel Impala », un voyage introspectif et musical qui fait suite à une lettre provenant de sa mère après 25 ans de silence.
Un véritable retour aux sources oscillant entre Afrobeat, Hip Hop et Soul Music porté par le clip épique de « Tout ceci ne vous rendra pas le Congo ».
Depuis Baloji parcourt désormais les scènes du monde avec son band distillant une musique fiévreuse fusionnant rock, rumba congolaise et funk futuriste. 
Baloji concourrait notamment aux côté de la fine fleur de la musique « indie » internationale : Rosalia, FKA Twigs, A$ap Rocky, Mark Ronson feat Lykke Li, Kojey Radical et Little Dragon pour cette catégorie « Best styling in a video ».
« Zombies » un court-métrage regroupant 3 titres de son dernier album :  Spotlight, Glossine ( Zombie) et « Ciel d’encre » remporte donc ce prix haut la main.
Ce film d’une beauté hypnotique nous transporte dans un Kinshasa halluciné questionne sur les dérives du continent africain et la relation que l’on entretient avec les écrans au quotidien.
 
 
Plus que jamais, cet artiste « afropolitain » et inclassable s’affirme comme un créateur d’images visionnaire à la stature internationale. (Re)découvrez ses deux derniers projets discographiques et visuels : « 137 Avenue Kaniama » et « Kaniama : Yellow Version ».

Rédacteur en Chef / Creative Director & Social Media Strategist @ www.artfluence.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *