Vald se multiplie en 16 hologrammes pour faire découvrir son nouvel album

Vendredi 11 octobre dernier sortait « ce monde est cruel », l’album tant attendu du rappeur Vald regorgeant de featurings importants ( SCH, Maes, Suikon Blaz AD). Après s’être rendu à Tokyo, New-York et Dubaï pour poser fièrement devant des affiches géantes dans des pays où il ne vend pas de disques, le rappeur d’Aulnay-sous-Bois continue d’innover dans sa stratégie de communication. Au programme de cette journée de sortie, Vald et ses partenaires Capitol / Universal ont réservé plusieurs surprises aux fans de l’artiste.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Ce Monde est Cruel dispo partt 🙆‍♂️

Une publication partagée par VALD (@valdsullyvan) le

 

Une distribution gratuite de CDs

Via un post sur Twitter  Vald promettait une distribution gratuite de CDs à tous ceux qui le croisaient dans Paris, aux abords d’une voiture customisée à son effigie.

 

Des hologrammes pour découvrir l’album

Le deuxième temps fort de cette stratégie de communication fut l’organisation, en partenariat avec Deezer,  d’une écoute réellement inédite et technologique de l’album. La consigne fut donnée aux fans de se rendre devant le parvis du cinéma MK2 Bibliothèque dans le 13ème arrondissement de Paris entre 15h00 et 00h00.

Au lieu du rdv, les premiers arrivés ont pu découvrir un parcours constitué de 16 hologrammes projetant l’image de Vald et diffusant un morceau de l’album.

 
Ce dispositif fut le support d’un jeu concours organisé par la plateforme de streaming afin de faire gagner des places pour le concert à l’Accor Hotels Arena du rappeur d’Aulnay-sous-bois prévu ce 16 novembre 2019.
 
La marche à suivre était la suivante : se prendre en photo à côté d’un des hologrammes et partager le cliché sur les réseaux sociaux, sans oublier de mentionner les partenaires.


Le heureux élus ayant fait le déplacement on même pu apercevoir Vald en chair et en os. Ce dernier, venu poser fièrement devant un de ses hologrammes n’a manqué de distribuer des autographes et de se pêter au jeu du selfie.

 
Remarquons que l’utilisation des hologrammes est très prisée par les acteurs de l’industrie du disque. On se souvient notamment de l’apparition d’Orelsan sur la scène du Zénith de Paris pour chanter en duo le titre « Vérité » avec Lomepal, Jean-Louis Aubert qui partage également la scène avec 4 hologrammes ou d’Amir qui invitait ses fans à le projeter pour le faire danser un peu partout.
 
Au niveau international, les premiers hologrammes ayant défrayé la chronique furent celui de Tupac Shakur ressuscité par Dr Dre et Snoop Dogg au festival Coachella en 2012 et celui de Michael Jackson livrant une performance mémorable sur le titre « Slave to the rythm » lors des Billboard Music Awards en 2014.

Rédacteur en Chef / Creative Director & Social Media Strategist @ www.artfluence.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *