ADRIEN BOSOM : HEAD OF DIGITAL MARKETING CHEZ BELIEVE

Adrien Bosom occupe la fonction de « Head of digital marketing » au sein de Believe, l’un des acteurs majeurs de l’industrie musicale mondiale. En France il supervise les départements digitaux de naïve, Animal63 et du très dynamique AllPoints dirigé par Henri Jamet qui fut couronné Label de l’année 2020 lors de la première édition des Social Music Awards. Il revient pour Social Music Café sur son parcours, son quotidien et sa vision du marché.

Peux-tu te présenter et nous indiquer quelles sont tes fonctions au sein de Believe ?

J’ai 37 ans et je suis le directeur du digital chez Believe pour nos trois labels que sont, AllPoints, naïve et Animal63.
Mon rôle est de manager une équipe de chefs de projet digitaux et d’insuffler la créativité et l’innovation dans les stratégies de prise de parole de nos artistes.

Quel est ton parcours ?

Avant tout, celui d’un passionné.
Ayant grandi dans les Hauts de Seine dans les années 90, j’ai baigné dans le rap de l’époque très tôt avec l’école Beat de Boul, Lunatic, Time Bomb etc… et l’état d’esprit « do it yourself » qui allait avec.
J’ai une licence professionnelle en management des entreprises et suis retourné sur les bancs de l’école 7 ans après les avoir quittés pour faire l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs en photo/vidéo.
Concernant ma carrière professionnelle, j’ai passé plus d’une dizaine d’années dans les médias et la publicité notamment comme créatif.
J’ai commencé en agence en tant qu’attaché de presse pour Apple et Amazon puis j’ai intégré la branche média groupe Lagardère au sein de sa régie publicitaire avant de rejoindre Lagardère Sports, agence d’activation du groupe pour les marques qui investissent le sport comme territoire de communication.

De quelle façon est organisé le département digital de Believe ?

Chez Believe, le département digital est un département de stratégie et de contenu.
Pour qu’une campagne soit bien menée, l’un ne doit pas aller sans l’autre.
Il est ainsi constitué de 5 chefs de projets digitaux, chacun en charge d’un certain nombre d’artistes qu’ils accompagnent au quotidien dans leur stratégie de sortie mais également dans la création d’assets en étroite collaboration avec notre pôle image.

Les artistes/labels distribués par Believe occupent les premières places du Top Albums depuis plusieurs semaines. Comment l’expliques-tu ?

D’abord parce qu’ils sont bons ! Il n’y a pas de mystère, si nos artistes trust les charts c’est avant tout parce que leurs œuvres sont de qualité et rencontrent le public.
Bien sûr, nous les y aidons et c’est la combinaison entre leur talent et notre expertise qui les place en haut des Tops Albums.

Appliquez-vous une méthode particulière pour accompagner les différents labels et artistes au quotidien ?

Je ne parlerais pas de méthode, je ne crois pas à la recette magique. Chaque artiste, chaque Label à sa spécificité, d’autant plus sur des univers musicaux si différents, en revanche une vision oui.
Au-delà de connaitre son artiste et d’entretenir avec lui une certaine proximité je suis intimement convaincu que la créativité et l’innovation sont les meilleures partenaires à l’expertise digitale et c’est ce vers quoi j’oriente mon équipe.
Le storytelling n’appartient pas qu’à Netflix ou aux grandes maisons de luxe.
Les artistes ont également une véritable identité et c’est sur l’ADN propre à chacun que nous nous appuyons pour imaginer les campagnes les plus innovantes et identifiables possible.

Le label AllPoints a reçu le Prix du label de l’Année lors de la première édition des Social Music Awards, les trophées de la création et de communication digitale de l’industrie musicale en décembre dernier. Quel effet cela fait-il ?

C’est d’abord une grande fierté. Les concurrents face à nous étaient de taille et n’ont absolument pas démérités.
Mais c’est aussi et surtout un signe de reconnaissance de la part de l’industrie et je suis très heureux que celle-ci ait été attribuée à l’ensemble des équipes d’AllPoints qui font un travail remarquable.
Ce prix est le leur et je sais à quel point, au regard de l’année si spéciale que nous avons passé, il a une saveur toute particulière.

Quelles sont les dernières opérations digitales marquantes que vous avez développées ?

Sur le dernier semestre 2020 nous avons réalisé avec une agence partenaire « Objectif Gros Bébé », un jeu vidéo exclusif et propriétaire à Naza pour la sortie de son album « Gros Bébé » ou encore envoyé l’album de Jul, « Loin du monde » dans l’espace avec un livestream en direct qui montre la progression de l’envoi dans les cieux.

Peux-tu me citer des outils ou applications qui te paraissent utiles dans tes fonctions ?

Si je devais choisir 3 applications indispensables à mes fonctions, se serait :
• Spotify : pour écouter la musique bien sûr, mais également suivre l’évolution des streams, la typologie des auditeurs et comment se comporte un morceau ou album dans la durée.
• Instagram : Source inépuisable pour la créativité et lieu incontournable de la rencontre entre les artistes et leurs fans
• WhatsApp : Pour la spontanéité et la facilité à communiquer avec mes équipes et les artistes.

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

L’inspiration est quelque chose qui va et vient et se travaille en continue.
Les sources sont multiples et quotidiennes, je suis une véritable éponge. J’absorbe tout ce que je vois et entends.
Mais ce qui me nourrit le plus sont probablement les voyages et la rencontre avec des générations différentes de la mienne.
Rester en contact avec des plus jeunes, au plus près des nouveaux usages digitaux, ou des plus anciens pour comprendre ce qui peut les freiner, est indispensable pour comprendre la mutation des outils.
Enfin, les arts visuels assurément. Tout particulièrement la photographie, le cinéma et la peinture au travers desquels je vais chercher des références qui stimulent mon imaginaire.

Quels sont tes objectifs et projets à venir au sein du label ?

L’année dernière nous avons réalisé 6 opérations digitales d’envergure. Mon objectif est d’en faire 10 cette année. La première ne devrait d’ailleurs pas tarder à voir le jour.
Et puis, après AllPoints comme Label de l’année 2020, j’ai également comme projet que Naïve soit celui de 2021 😉

À ton avis, quelles sont les tendances digitales au sein de l’industrie musicale à suivre de près ?

La crise du Covid n’a fait qu’accélérer les choses mais je suis convaincu que la création de liens et de proximité avec les artistes par le biais du digital est une tendance qui va s’accentuer.
Le média digital favorise une nouvelle façon de découvrir et d’entrer en contact avec son artiste préféré créant ainsi une relation beaucoup plus intimiste qu’auparavant malgré l’interface et la distance.

Quel conseil donnerais-tu à un•e jeune étudiant•e qui souhaiterait travailler au sein du département digital d’un label ?

Avant toute chose, d’aimer les artistes et ce qu’ils créent. Ça peut paraitre évident, mais nous faisons un métier passion et il n’est même pas imaginable de travailler en label sans considérer les oeuvres et les artistes.
Enfin, si je devais lui donner un conseil d’ordre plus pratique ce serait d’être à l’écoute. Et pas seulement des albums qui sortent, mais aussi de tous ce qui se fait dans d’autres industries. Automobile, grande distribution, énergie.
Ce sont des univers métiers extrèmement concurrentiels qui necessitent constamment de repenser la façon de s’adresser à ses clients, notamment à travers des experiences digitales toujours plus innovantes les unes que les autres.

Quel conseil donnerais-tu à un•e artiste qui se lance sur les réseaux sociaux pour bien communiquer ?

De rester celui ou celle qu’il est, tout simplement. De s’amuser et de jouer avec les réseaux sociaux. Ils sont avant tout un outil de partage d’idées, d’émotions, de créations, et ne doivent pas enfermer l’artiste dans une communication contraignante. C’est bel et bien à lui d’en user à sa guise. Pas l’inverse.

Partager...
Share

Rédacteur en Chef de Social Music Café / Creative Director & Influence Marketing Consultant chez Artfluence.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *